À propos

ATN

Informaticien, agent d’accueil, réparateur de skis, distributeur de pub, vendeur, commercial, trésorier, père au foyer, manutentionnaire, travailleur du bâtiment, fabriquant de Gobans, créateur de jeux, RH, volontaire associatif, chanteur, auteur d’un livre pour enfants…
Diplômé Suma Cum Laude de l’Iowa State University avec un Bachelor of Fine Arts, spécialisé en peinture et dessin et un peu de sociologie.
Une oeuvre de peintures variées, colorées, tourmentées. Travaillant à la frontière de la figuration et de l’abstraction, sans se fixer sur une forme précise, jouant avec les formes et les couleurs en cherchant… quoi?

Ma démarche

Plus mon regard apprend, moins il se satisfait de ce qu’il voit. Or c’est lorsque je perçois les limites d’une oeuvre que je veux la modifier. Ainsi, je peins pour affiner mon jugement esthétique. Lorsque mon idée du beau s’affirme, je perçois les insuffisances de ce que j’ai produit jusqu’à présent, ce qui me pousse à peindre à nouveau.
Cette dialectique est présente à tous les niveaux dans mon oeuvre.
Conceptuellement, mes dernières séries dansent en équilibre sur le, et autour du, fin fil séparant l’abstraction et la figuration. Cela me permet d’évoquer les questionnements que je porte depuis longtemps concernant l’ontologie de l’être, la genèse, le conscient et l’inconscient, les labyrinthes, le regard, la schizophrénie et la fragmentation de la pensée. Cela permet également au spectateur d’y projeter ses propres obsessions.
L’apparence tribale, urbaine, totémique de mon travail m’a beaucoup posé question. Il semble que peindre me permet de tenter d’exprimer les archétypes qui m’habitent, de leur donner corps. C’est ce qui me permet de créer des peintures de plus en plus hybrides, complexes, torturées. Je recherche ainsi à laisser la peinture acquérir du sens, afin de gagner en réalité et transcender le jeu pictural qui la constitue.
Formellement, je commence par peindre de grandes masses, utilisant des gestes libres pour expérimenter sur la surface. Je laisse ma main guider l’équilibre naissant sur la toile en utilisant des couleurs neutres très diluées et des lavis, principalement à l’acrylique.
Dans un deuxième temps, je rajoute de la couleur. Pure. Des tâches, des lignes dynamiques, des mouvements rapides et quelques projections utilisent la composition déjà présente pour en renforcer la dynamique. Leur équilibre est consciemment travaillé jusqu’à obtenir un ensemble à la fois stable et le plus puissant possible. Cette phase est très importante puisque l’équilibre final de la peinture dépend entièrement de celui de ces couleurs pures, dominant le reste de la composition. J’utilise, là encore, de l’acrylique.
Puis, je nuance ces formes agressives afin d’obtenir un résultat plus doux, tout en restant dynamique. Pour ce faire, je travaille avec des traits fins qui raffinent les formes et des glacis qui modulent les masses de couleur, leur donnant plus de profondeur, cette fois à l’huile et au pastel gras.
Une peinture n’est jamais totalement finie. Mon regard, mon jugement ne sont pas toujours capables d’appréhender des imperfections.
Il m’appartient donc de continuer ce processus et de créer, pour apprendre encore et encore.